Gloire Impériale

‘Gloire Impériale’ est un jeu qui essaye de recréer l’interaction des diverses nations du monde pendant la période de 1780-1820.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Grand Conseil de la République de Venise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Paolo Renier
Doge de Venise
avatar

Nombre de messages : 765
Age : 29
Localisation : Venise
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Le Grand Conseil de la République de Venise   Mer 3 Mai à 14:09

Du Grand Conseil

"Tous les nobles âgés de 25 ans ont une séance au Grand Conseil ; mais on accorde, par le sort, trente dispenses d'âge à de jeunes patriciens de 21 ans. Quelquefois cette dispense est accordée au mérite ; dans les circonstances difficiles elle a déjà été vénale. Le Doge préside l'assemblée, accompagné de ses conseillers et des chefs des divers corps de l'Etat.

Le Grand Conseil se réunit tous les dimanches : c'est un ancien usage, qui atteste que dans les premiers temps les membres de ce corps souverain étaient occupés chez eux pendant la semaine des affaires de leur commerce.

On ne peut délibérer si on n'est au nombre de 200, pour les affaires ordinaires, et de 800 pour les affaires importantes. Ce dernier nombre a été réduit par une loi de 1775. L'usage des flambeaux étant interdit, l'assemblée se sépare nécessairement au coucher du soleil.

Les attributions du Grand Conseil sont de leur nature illimitées, puisqu'il est souverain de l'Etat, le seul corps qui existe par lui-même et qui a une autorité propre ; mais il en a délégué la plus grande partie, notamment toutes les affaires de la politique intérieure et extérieure. Il ne se réserve que la sanction des lois, la création des nouveaux impôts, le droit de conférer la noblesse, d'accorder la citadinance, et de nommer à presque tous les emplois qui doivent être remplis par des patriciens.

Encore faut-il remarquer que, pour ne pas laisser trop d'influience à la plèbede la noblesse et au hasard, qui, en désignantles électeurs, a toujours part dans les élections, le sénat finit par s'arroger le droit de nommer lui-même aux charges les plus importantes, et de désigner les sujets à élire pour beaucoup d'autres.

Ce n'est pas une des moindres charges des dépositaires du pouvoir que celle d'occuper ou d'amuser le souverain. Quand ce souverain est un individu, il est souvent difficile de l'assujetir à s'occupper des affaires ; quand c'est un collectif, il l'est encore plus de l'en empêcher. On conçoit qu'à Venise, où l'assemblée générale des patriciens se réunit au moins une fois par semaine, où les voix se comptent et ne se pèsent pas, il est dangereux de laisser à cette assemblée le soin de chercher elle-même la matière de ses délibérations.

Aussi le droit d'y faire des propositions n'appartient-il point à tous les membres, mais 1° au Doge ; 2° aux six conseillers du Doge pris collectivement, c'est-à-dire quand la proposition est approuvée par la majorité d'entre eux ; 3° aux trois chefs de la quarantie criminelle, quand ils sont unanimes ; 4° à chacun des trois avocats de la commune ; 5° aux magistrats des eaux et à ceux de l'arsenal, seulement sur des matières de leur ressort, et quand ils sont unanimes entre eux. Les propostions du Doge peuvent être mises en délibération sur-le-champ ; on ne vote sur les autres propositions qu'après un délai. Les affaires renvoyées au Grand Conseil par le sénat sont mises en délibération sans qu'il fût besoin que personne se charge de les proposer ; mais comme ce renvoi est de la part du sénat un aveu de son incompétence, ces occasions se présentent rarement, et seulement lorsqu'il s'agit de quelques grâces à accorder.

La nécessité d'occupper l'assemblée sans l'agiter a favorisé l'introduction de toutes ces formalités, qui multiplient et allongent les scrutins. On lui soumet beaucoup de nominations, mais les moins importantes ; et comme on ne peut pas espérer que ce conseil oublie sa qualité de législateur, on lui propose, sous le titre de lois, une multitude de mesures qui semblent n'appartenir qu'à l'administration. De là cette grande quantité de lois modifiées et révoquées, et ce dicton populaire,
Parte veneziana dura una settimana, qui, en accusant le Grand Conseil d'inconsatance, diminue sa considération au profit du sénat, du conseil du Doge et du Conseil des Dix, mais qui n'empêche pas que la législation, dans ce qui mérite réellement ce nom, ne soit plus stable à Venise que partout ailleurs.

Tous les membres du Grand Conseil peuvent prendre la parole pour ou contre une proposition, après qu'elle soit admise, et il est remarquable que dans ces assemblées on est obligé de parler le dialecte vénitien. L'usage de la langue toscane n'est toléré que dans l'exorde.

On donne sa voix avec des boules, chaque votant jette la sienne dans une des trois boîtes qu'on lui présente ; ces boîtes sont de diverses couleurs : la blanche pour l'affirmative, la verte pour la négative ; les boules jetées dans la boîte rouge annonce l'irrésolution ou au moins le désir de voir la proposition modifiée. Si le nombre de boules de cette boîte forme la majorité, la proposition est reproduite, mais avec des changements.

Toutes les affaires ne se décident point à la simple majorité. Il y a beaucoup de cas où il faut une majoritée déterminée.

Quant aux élections, les formes en sont extrêmement compliquées. Elles consistent à faire présenter séparement , par 36 électeurs désignés par le sort, 4 listes de candidats que l'on réduit, par le moyen de divers ballottages, et sur lesquels l'assemblée a ensuite à choisir. Ces élections remplissent à peu près 50 séances par an.

Outre les assemblées hebdomadaires, le Grand Conseil se réunit toutes les fois qu'il est convoqué par le conseil du Doge.

Personne ne peut y rentrer avec des armes ; mais à côté de la salle où il tient ses séances est un arsenal d'armes toujours chargées, pour que le corps de la noblesse puisse se défendre en cas d'émeute.

Pendant les discussions l'entrée du Grand Conseil est interdite aus étrangers. Mais pendant les opérations du ballotage les portes s'ouvrent, le public admis, et, grâce à l'usage des Vénitiens d'aller si souvent masqués, on peut voir circuler des masques autour de la salle où se tient la plus auguste assemblée de l'Etat.

Cette circonstance des élections est celle que le gouvernement de Vensie choisi pour donner entrée dans le conseil à quelques augustes voyageurs, quoiqu'ils ne soient inscrits dans le Livre d'or. On les prie même de donner leur voix. Cet honneur fut déféré au roi de France, Henri III, en 1574, au grand-duc et à la grande-duchesse de Russie en 1781, et ensuite Sir Canning. A la séance où assistait Henri III il s'agissait de nommer un procurateur, celui que le prince voulut bien désigné fut nommé à l'unanimité par l'assemblée, et veint se mettre à genoux devant lui pour le remercier de sa nomination.

Il est remarquable que les patriciens parvenus à la dignité de procurateur de Saint-Marc, qui est la seconde de la République, n'ont point entrée au Grand Conseil, à moins qu'ils ne soient en même temps sages-grands. Cette exeption unique est assez difficile à expliquer. Quoi qu'il en soit, ils sont chargés de veiller en dehors à la sûrté de l'assemblée pendant les séances.

On sent que c'est du droit de distribuer les emplois que le Grand Conseil tire à peu près toute sa considération, puisque, par des déléguations sur lesquelles il aurait été bien difficile de revenir, il se trouve étranger à l'administration des affaires. Toutes les charges sont temporaires ; l'exercice en même borné à un terme très court, car celui de 16 mois est le plus long. Il en résulte que les élections reviennent souvent, et rappellent aux plus puissants d'entre les patriciens qu'ils ont à ménager ou à gagner les moindre membres de la noblesse.

_________________
PAOLO RENIER
Doge de Venise,
Consul

"Si belle qu'elle supporte l'admiration des sots."
ADMINISTRATEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paolo Renier
Doge de Venise
avatar

Nombre de messages : 765
Age : 29
Localisation : Venise
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Conseil de la République de Venise   Mer 3 Mai à 16:55

Ce Conseil se tient dans la salle du Grand Conseil :




Cette salle est en quelque sorte le ceour de Venise. Le plafond atteste que la religion est respectée et occuppe une grande place dans Venise :




Et ceci est le siège du Doge et de ses conseillers :


_________________
PAOLO RENIER
Doge de Venise,
Consul

"Si belle qu'elle supporte l'admiration des sots."
ADMINISTRATEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paolo Renier
Doge de Venise
avatar

Nombre de messages : 765
Age : 29
Localisation : Venise
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Conseil de la République de Venise   Mer 3 Mai à 18:16

Les membres du Grand Conseil réfléchissait sur la proposition de vote faite par le Doge ; la montée des impôts est toujours un point épineux.

Mais vite, lors de la réunion hebdomadaire des membres du Grand Conseil, une arrivée non attendue perturba le vote.

Le Doge revenait épuisé et malheureux de sa rencontre de Milan. Il se mit à sa place ordinaire, prenant ainsi la présidence à ses conseillers. Installé, il se leva, la salle fit silence.


"Noble assemblée, je reviens d'un voyage inutile et éprouvant, tant pour mon amour propre que pour Venise.


Les discussions à propos de la Toscane n'ont pas abouti. Mais au final, ce qui est pour nous le plus douloureux, est le mensonge de l'Empire sur Gênes !

Gênes, depuis mil ans notre ennemie, notre soeur ennemie nous l'avons toujours combattue ! Il est légitime, qu'après l'avoir tant contrée et tant affaiblie -lutte qui nous as coûté cher !- nous récupérions sa province et l'incorporions à notre République. Sa noblese doit se gosser de voir notre défaite, tandis que le peuple génois va continuer de souffrir de leurs abus oligarchique !

Aujourd'hui, nous devons garde la tête haute ; pour oublier cet affront -en parti ! seulement en parti !- j'ai décidé d'élever, aux côtés des colonnes de Morée et de Candie, une colonne de fratenité .

Sur cette colonne sera inscrit le nom de la Corse, que nous avons récupéré sous notre aile pour en assurer le bonheur et la prospérité ! Et... vous avez deviné ! D'autres noms suivront !

Messieurs, aujourd'hui, nous avons connu une traîtrise, mais nous devons nous rappeller que au vu de notre puissance et de notre position, une telle chose peut nous arriver aisément. Alors nous devons chercher un allié sûr. Je crois que notre franche amitié avec l'Autriche est finie. Je le déplore, mais au moins nous n'avons rien à nous repprocher.

Pardon?.... Oui, vous avez raison, Gênes devait logiquement être rattachée à notre Etat, mais l'Autriche en a décidé autrement. Que voulez-vous faire?

Oui. Gênes nous a toujours combattu et nous avons sauvé maintes fois l'Europe de crises écoomiques par nos sacrifices, mais la mémoire est faible face aux intérêts. Ainsi, malgré les guerres de 1.256, de 1.324, de 1.327, de 1.349, de 1.403, de 1.431, de 1.782, ainsi que malgré les nombreuses batailes et concurrences entre nous, mais aussi malgré ses achats de nos alliés pour nous trahir, Gênes devait être incorporée à Venise, une fois tombée; il n'a donc pas suffit à l'Autriche de l'avoir déjà possédée et de s'en être déjà faite renvoyée par le peuple en 1.747 ne lui aura donc pas suffit.

Eh bien, laissons le temps faire...
"

_________________
PAOLO RENIER
Doge de Venise,
Consul

"Si belle qu'elle supporte l'admiration des sots."
ADMINISTRATEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paolo Renier
Doge de Venise
avatar

Nombre de messages : 765
Age : 29
Localisation : Venise
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Conseil de la République de Venise   Ven 5 Mai à 21:04

De retour de Rome, Frédérico Lorédan fit le récit de son action et fit la lecture des actes de séances de la Convention. Après quoi il dit à l'auguste assemblée :


"Messieurs, je sais ce que vous ressentez, mais imaginez ce que j'ai ressentit sur place !

Venise a été discréditée, et elle a perdue une bataille ! Une bataille diplomatique, par excès de confiance !

Mais bientôt, notre nouvel adversaire perdra à son tour par excès de confiance, mais ce ne sera pas le même type de bataille et il n'y en aura pas qu'une !
"


L'assemblée des nobles applaudit à tout rompre, de même que les gens du peuple présents dans la salle, et qui étaient venus en nombre. La Cité des Doges est en effervessence.

_________________
PAOLO RENIER
Doge de Venise,
Consul

"Si belle qu'elle supporte l'admiration des sots."
ADMINISTRATEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paolo Renier
Doge de Venise
avatar

Nombre de messages : 765
Age : 29
Localisation : Venise
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Conseil de la République de Venise   Ven 5 Mai à 21:08

Le Doge applaudit lui aussi. Puis il pris la parole :


"Ce qu'a dit Frédérico Lorédan est juste. Hier nous faisions confiance à l'Autriche, et nous avons perdu une bataille. Aujourd'hui, l'Autriche se fait confiance, et cela lui coûtera aussi cher !

C'est une démonstration claire que nul ne peut avoir confiance en l'Autriche ! Que ces paroles volent dans le monde !
"


Et la salle d'ovationner son chef, tandis que le Président du Conseil et Cardinal de Venise bénissait le Doge.

_________________
PAOLO RENIER
Doge de Venise,
Consul

"Si belle qu'elle supporte l'admiration des sots."
ADMINISTRATEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paolo Renier
Doge de Venise
avatar

Nombre de messages : 765
Age : 29
Localisation : Venise
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Conseil de la République de Venise   Dim 7 Mai à 16:25

Le Doge se lève dès le début de cette nouvelle séance extraordinaire. Il prend la parole :

"Messieurs, je suis navré de vopir que les souverains des grandes puissances ont semble-t-il perdu la raison ; trois souverains en qui nous avions confiance nous ont trahi."

La salle est désemparée et étonnée.

"Oui, la France et l'Espagne, que nous considérerions comme nos plus sûrs alliés nous ont abandonné. Nous n'avons plus leur soutien ; chrétiens? ils ne le sont pas, seul la raison d'Etat compte pour eux ; c'est louable, mais alors on ne mérite pas les appelations de chrétiens. Mais passons, aujourd'hui nos plans et nos orientations sont changés, bouleversés.

J'ai personnellement appris beaucoup de cette affaire, mais cela ne change rien à ce qu'il y a aujourd'hui. Venise doit réussir à se maintenir à la place qu'elle mérite. Nous devons mettre toutes nos forces dans cette guerre.

Mon père, je vous envoie à Rome pour y demander audience au Pape. S'il est nécessaire que vous y alliez, vous pourrez aller à la Convention, mais vous savez ce que vous devez dire.
"

Et la foule, dans une espèce d'excitation collective, acclama le Doge. Les vivats fusent à nouveau. Et sur ce, le Cardinal de s'eclipser pour Rome...

_________________
PAOLO RENIER
Doge de Venise,
Consul

"Si belle qu'elle supporte l'admiration des sots."
ADMINISTRATEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paolo Renier
Doge de Venise
avatar

Nombre de messages : 765
Age : 29
Localisation : Venise
Date d'inscription : 24/10/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Conseil de la République de Venise   Mer 24 Mai à 15:28

Le regard grave, le Doge se leva et et lu la feuille qu'il tient dans ses mains :

Citation :
Nous, Consul de la République de Venise, Doge de Venise, Protecteur de la Corse, en notre âme et conscience, avons pris connaissance des faits suivants :

*l'Autriche a fait durer les discussions de Milan dans l'objectif de discréditer la République de Venise.
*l'Autriche a trahi sa parole envers Venise concernant le traité mettant fin à la guerre d'Italie de l'an 1782 quant à la possession de Gênes, nottament.
*l'Autriche se permet le droit d'ingérence dans les Etats voisins à Elle ; de ce fait elle est une menace.
*l'Autriche, ayant pris connaissance du projet de la LDI, fit signer au Saint-Siège un traité d'exclusivité commerciale pour pénaliser les autres membres, et en particulier Venise.
*l'Autriche et la France étaient impliquées dans le complot génois qui aboutti à l'attentat du Congrès de Venise.
*la France soutient l'Autriche ouvertement, oubliant ainsi les liens entre elle et Venise.
*la France adopta une conduite ingnomineuse envers ses ministres de la guerre et des affaires étrangères.
*l'Espagne a trahi la confiance que la République plaçait en elle.
*l'Espagne soutient l'Autriche et la France ouvertement, et se place donc contre Venise sur le plan diplomatique.
*l'Espagne a fait céder sous la menace la République de Venise pour la possession de l'île de Malte, alors que la légitimité de la République a dominer l'île était évidente.
*l'Espagne, par ses alliances et ses possessions en Italie, est une menace pour la République de Venise et son commerce.

Après une étude attentive de la liste de faits ci-dessus, le Doge de Venise, représentant par sa personne la République de Venise, considère que cette liste est un casus belli valable pour déclarer légitimement la guerre à l'Empire d'Autriche et aux Royaumes de France et d'Espagne.

Par sa signature, le Doge de Venise déclare la guerre à l'Empire d'Autriche et aux Royaumes de France et d'Espagne.

Lu et approuvé, Paolo Renier

La République de Venise appelle à s'allier à Elle dans cette guerre juste, pour l'indépendance des différents Etats européens et pour la liberté de commerce, tous les souverains éclairés amis de la liberté et des Lumières, ou ennemis de l'Autriche, et/ou de la France, et/ou de l'Espagne.

L'Assemblée acclama comme jamais le Doge qui se rassit serein. La guerre commence...

_________________
PAOLO RENIER
Doge de Venise,
Consul

"Si belle qu'elle supporte l'admiration des sots."
ADMINISTRATEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Grand Conseil de la République de Venise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Grand Conseil de la République de Venise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Khatep, grand prêtre de Khemri.
» Le Grand conseil des membres de la HORDE
» Simulateur de vol grand publique à Paris
» Grand Prix de la Somme Conseil General 80 (17 spetembre) : C3
» Petite D7 voudrait devenir grand (besoin de conseil quoi !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire Impériale :: Les Etats :: République de Venise-
Sauter vers: