Gloire Impériale

‘Gloire Impériale’ est un jeu qui essaye de recréer l’interaction des diverses nations du monde pendant la période de 1780-1820.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Politique étrangère – Bilan des armées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selim III
Sultan de la Sublime Porte
avatar

Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Politique étrangère – Bilan des armées   Mer 21 Déc à 19:18

Politique étrangère – Bilan des armées

En ce mois de mars 1781, l’Empire Ottoman déclare n’être en guerre contre personne. Aucun ennemi n’est non plus ouvertement déclaré.
Les mouvements de troupes, et notamment ceux concernant le 3e corps de l’armée, le « corps du Golf Arabe » sont cependant maintenus. L’explication première de ce mouvement était une dégradation de la situation en Europe. La paix revenant de nouveau petit à petit, l’inquiétude n’est plus de ce côté-là. Les tensions qui en ce moment parcours l’Europe affecte non seulement l’inquiétude de ma population des balkans, la première menacée, mais aussi la mienne. Je tiens à veiller sur l’intégrité du territoire ottoman, et de récents rapports ont montré que celle-ci était menacée. Cette menace est pris au sérieux, et c’est donc par l’envoie de troupes par un éventuel lieu d’invasion que le sultan compte prévenir ces menaces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selim III
Sultan de la Sublime Porte
avatar

Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: Politique étrangère – Bilan des armées   Dim 8 Jan à 21:10

Les armées de l'Empire Ottoman sont toujours prête à intervenir. La récente déclaration venant du Vatican laisse craindre au Sultan des représailles, allant de paire avec celle dirigées contre la ligue concernée. Il est possible que, dans les jours à venir, l'armée se dirige vers le Nord, sans pour autant menacé les frontières autrichiennes, ou russes. Mais des mouvements suspects le long de cette frontière ne seront pas acceptés.

De plus, le dernier corps, qui assure l'integrité dans la region Est de l'Empire pourra être menée, à tout moment, à se déplacer, étant donné que les heurts se sont calmés dans cette region, et ce, afin de prévenir tout débarquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mars
Animateur
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 21/01/2006

MessageSujet: Re: Politique étrangère – Bilan des armées   Mer 12 Avr à 23:57

L'Empire Ottoman devra modifier son armée pour des raisons essentiellement historiques. Le Sultan et le ministre des armées sont priés de bien vouloir lire les modifications au recrutement de leurs soldats sur le lien suivant:

http://gloireimperiale2.superforum.fr/viewtopic.forum?p=4#4

Entretemps, voici une petite présentation des ces nouveaux soldats de l'Empire:

Janissaires - L'infanterie ottomane était formée en orta, équivalents à des régiments. La naissance de ce corps remontait au 14e siècle, ce qui en faisait le corps militaire régulier le plus ancien parmi ceux des grandes puissances. Raisonnablement entraînés, capables de grandes choses individuellement mais avant peu d'esprit de corps, relativement peu motivés, peu manœuvrants, ils ne sont plus que l'ombre de qu'ils étaient.

Janissaires de la Garde - Ils appartiennent à la garde du sultan. Ce sont les meilleures troupes à pied de l'Empire ottoman et les plus dangereuses pour le Sultan lui-même. En effet, comme toute unité de janissaires, ils prennent leurs ordres du sultan lui-même. Leur étendard est une marmite. Quand ils " renversent leurs marmites " cela signifie qu'ils refusent tout ce qui vient de leur maître, ordres et nourriture. Il ne reste alors que deux choix au sultan : les massacrer pour mater la révolte ou abdiquer.

Janissaires légers - Janissaires suffisamment entraînés pour pouvoir se déployer en tirailleurs. Principalement utilisés pour la reconnaissance et les embuscades, ils sont équipés des meilleurs fusils mais ils n'ont pas à la baïonnette.

Janissaires marins - Infanterie de marine, originellement destinée à être embarquée, ce sont des unités d'élite formées de la même manière que les janissaires légers. Ils ne sont pas envoyés en tirailleurs car ils sont réservés pour le choc. Ils ont le même fusil que les autres janissaires mais portent une lourde hache d'abordage en complément de l'armement traditionnel. Certains ont même un bouclier.

Mercenaires albanais et bosniaques - Ce sont les meilleures des troupes auxiliaires à pied. Le seul problème est qu'ils ne combattent pas si leur paye n'arrive pas avant la bataille. On ne distingue pas les officiers des hommes de troupe car il n'y a pas d'uniforme, ils portent le costume traditionnel de leur pays.

Milices anatoliens, arabes et bédouins - Ce sont des levées de conscrits entraînées et appointées par les pachas locaux. Comme pour les mercenaires, on ne distingue pas les officiers des hommes de troupe de manière claire et évidente. Ils sont armés d'un fusil, d'un arc ou un javelot avec ou sans bouclier. Les bédouins peuvent aussi être montés sur des dromadaires mais se battent à pied.

Milice grecs- Les milices grecs sont un cas particulier, elles ne sont appointées par personne et se forment spontanément en cas de nécessité, non par levée de conscrits, mais par le regroupement de plusieurs bandes de bandits de grand chemin. Leur valeur individuelle au combat est très forte, leur esprit de corps dépend du chef qui les anime. Leur rémunération dépend du butin pris à l'ennemi.

Topji - Très qualifiés, maîtres en matière de pilonnage et de feu croisé, le baron de Tott, officier français, ajouta, à partir de 1775, l'excellent système Gribeauval. Le rôle de l'artillerie était de ralentir et de désunir les colonnes d'attaque de l'adversaire, le peu de mobilité des pièces rendant difficile tout accompagnement d'une attaque. Souvent les batteries étaient protégées par des retranchements élevés à la hâte mais avec grand art par les ingénieurs du corps des lagimcilar. La grande faiblesse de l'artillerie venait également de l'absence d'unités régulières du train, les pièces étant tirées par des bœufs voir des dromadaires dans l'est de l'Empire. Les topji restaient handicapés par la qualité de la poudre employée qui rendait aléatoire chaque tir.

Sipahi Ôglan - Garde personnelle du sultan, ils forment l'élite de la cavalerie ottomane. Ils sont surentraînés, ont participé à maints combats et sont fanatiques. ils mourront pour le sultan et pour Allah plutôt que de se rendre ou de fuir honteusement.

Serden Geckti - Ce sont les anciens sipahi de la Porte qui formaient la garde rapprochée des sultans durant l'âge d'or des janissaires. Ils ne font plus partie de la garde, mais leur renommée et leurs qualités de combattants, même s'ils combattent toujours en armure du 16e siècle, les font toujours redouter et ils combattent toujours aux côtés du sultan quand il a besoin d'eux.

Suvarileri- Ce sont des cavaliers assimilables aux dragons mais armés aussi d'une lance et d'un bouclier. Il s'agit de la crème des sipahis et ce sont des soldats de métier.

Mamelouk- C'est la cavalerie classique de l'Égypte. Le mamelouk est un cavalier expérimenté, courageux et fanatique. Son armement normal est le suivant: un fusil, un ou deux pistolets, quelques javelots, un ou deux sabres. Il peut ainsi effectuer au moins trois charges avant d'arriver sur l'ennemi sabre au clair. Il est encore à cette époque presque toujours d'origine caucasienne et ne porte ni la barbe ni la moustache car son statut vis a vis du sultan est un statut d'esclave, bien que les mamelouk forment la classe dirigeante de l'Égypte. En arabe mamelouk (pluriel: mamalik) signifie esclave.

Sipahi - Le sipahi est l'homme d'armes du Moyen-Age européen: Il est propriétaire d'une terre qu'il doit faire prospérer en échange de laquelle il doit vingt ans de service dans les armées du sultan dont un an de service obligatoire à Istanbul tous les dix ans. Ils utilisent la lance. Du fait de leur manque d'entraînement, ces troupes sont d'un niveau moyen à faible et relativement peu fiable pour des réguliers.

Yoruk - Ce sont des troupes montées légères armés d'une lance et à ce titre le cheval n'est pas protégé.

Djelli - Ce sont aussi des cavaliers légers mais, comme les mamelouks, ils s'intègrent à la ligne de bataille. Ce qui les distingue du mamelouk, c'est leur origine, leur armement plus léger, leur fanatisme: ils se surnomment les "Fous de Dieu" et les autres troupes les appellent les "Anges de la mort" ou bashi-bozouk. Ils ne font pas de prisonniers. L'armement du djelli est essentiellement composé d'un sabre, d'un pistolet, d'une lance et d'un bouclier léger.

Bédouins- Levées dans les tribus nomades par engagement volontaire elles sont d'effectif très irrégulier et n'acceptent que les ordres de leurs chefs ou des personnes agréées par elles. Les Bédouins sont originaires des régions désertiques d'Afrique, du Proche-Orient et d'Arabie. Le cheval est toujours un pur-sang arabe, ce n'est pas forcément un étalon. Les Bédouins sont des troupes très enthousiastes et très ouvertes aux communications avec l'extérieur et aux nouveautés, surtout en matière d'armement.

Turcomans- Les Turcomans sont les unités ottomanes les plus proches des Bashkirs russes tant par leur origine que par leur comportement militaire ou leur uniforme ou leur armement. Ils sont armés avec des arcs et n'ont pas d'uniforme particulier.

Timariotes- Les timariotes sont des unités complètement archaïques et dépassées. Il s'agit de chevaliers de la partie balkanique de l'Empire ottoman mobilisés par ordre exprès de la Sublime Porte. Leur équipement est composé d'une armure de plaques complète mais dépareillée sur une cotte de mailles qui couvre le haut du corps et un pantalon de mailles. Ils peuvent monter un cheval caparaçonné. Ils ont un faible moral mais sont des religieux fanatiques. Leur expérience du combat est par contre très grande. Pour eux toute guerre est un nouveau Jihad, une nouvelle croisade.

Tartares- Autres cousins des cosaques russes mais issus de la partie européenne et septentrionale de l'Empire ottoman, leur comportement est comparable à celui des Turcomans, mais alors que ceux-ci en sont encore à l'usage de l'arc les tartares utilisent déjà le fusil depuis quelque temps.

Druzes- C'est une cavalerie enthousiaste, fanatique, sans pitié, originaire des montagnes du Liban et de la côte Est de la Méditerranée. L'équipement est semblable à celui des dragons occidentaux à la différence du casque qui recouvre un haubert et qui masque la moitié inférieure du visage du cavalier. Ils sont armés de deux sabres et ont de deux à quatre pistolets (deux pistolets dans le dos généralement et éventuellement deux pistolets d'arçon).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
max

avatar

Nombre de messages : 230
Localisation : Brest
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Politique étrangère – Bilan des armées   Ven 12 Mai à 0:16

En ce jour de 30 Janvier 1783,nous annonçons que Iráklion ,capitale de la créte sera LE port militaire principal de l'Empire Ottoman.
Les navires seront bientot en Créte ainsi qu'une garnison assurant la sécuritée de l'île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
max

avatar

Nombre de messages : 230
Localisation : Brest
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Politique étrangère – Bilan des armées   Mer 24 Mai à 20:11

Toute la flotte Ottomane est en état d'alerte.

2 frégates partent patrouiller les environs d'Istanbul,tout navires suspect sera arrêté et controlé.
Si un navire ne veux pas coopérer,ordre est de le détruire.

5 navires de guerre et 6 frégates partent patrouiller les côtes de la région de MOREA,ordre est d'apréhender tout navires,et de le contrôler.S'il ne veut pas coopérer ordre est de le detruire.

3 navires de guerre et 5 frégates ont pour ordre de patrouiller autour de la Crête,ordre et de réceptioner tout navires et de les contrôler.Si un de ces anvires ne coopére pas,il sera detruit par notre flotte.


Tout les ports de l'Empire Ottoman doivent être controler,la garde est triplée.



Les armées sont mises en état d'alerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
max

avatar

Nombre de messages : 230
Localisation : Brest
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Politique étrangère – Bilan des armées   Jeu 25 Mai à 16:01

Tout les navires retournent à Istanbul.



Les 5 000 Janissaires de la garde qui sont integrés dans le 1er et 2eme Corps ont pour ordre de se placer devant le Palais Impériale où se trouve le Sultan.
Toutes personnes voulant y entrer y sera refuser,mis à part le Grand Vizir.

Les 10 000 Janissaires marins du 1er et 2eme Corps ont pour ordre d'évacuer les personnes habitants dans les bâtiments proches du Palais.
Ils attendent non loin de la garde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
max

avatar

Nombre de messages : 230
Localisation : Brest
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Politique étrangère – Bilan des armées   Mar 30 Mai à 16:44

L'armée d'Egypte part pour Le Caire qui sera son nouveau dépot.


L'armée du Bosphore et l'armée des Balkans part pour la frontière Ukraino-Ottomane.


Le reste des froces armées restent à Istanbul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Politique étrangère – Bilan des armées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Politique étrangère – Bilan des armées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» Liste d'armée de tempête du chaos "armée du middenland&
» [Skavens] Réactions sur le nouveau Livre d'Armée
» WAB Guerre de 100 ans, Règles spéciales et listes d'armées
» mon armée de slaanesh 3500 pts terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gloire Impériale :: Les Etats :: Empire Ottoman-
Sauter vers: